mardi 4 juillet 2017

dimanche 2 juillet 2017

Tour de vélo

Ce dimanche je fis 4 tours du lac
Au premier km mes jambes ne semblaient pas vouloir démarrer .
Au 4ème je traversa le premier pont .
Au 6ème le deuxième
J'avançais petit à petit et je croisais beaucoup de cyclistes  et des piétons âgés .
J'aperçus  plusieurs vélos apposés contre un banc . Ici même . Mais où étaient ils ?
Au 15 ème km, j'ai eu pitié du pêcheur qui portait avec peine son matériel sur son dos courbé .
Au 25ème  je ris devant le jogger qui faillit trébucher à cause d'une oie .
Nombreux sont les palmipèdes qui attendent les enfants qui leur jettent du pain .
Tous, étaient comme moi, les oreilles prises par des écouteurs .
Sauf ce brave homme qui avançait à son rythme en fauteuil avec son chien .
Au 30 ème km je m'assis et j'observais deux jeunes hommes  noirs qui bougeaient leur corps  avec élasticité .
Je me dis . Pourquoi n'ai je pas cette souplesse ?
Un nuage s'empara du ciel et quelques gouttes de pluie rendaient à ce décors sauvage une certaine mélancolie .
Photo : Le berry Républicain



jeudi 29 juin 2017

Faisant grise mine
le ciel de juin
revêt l'automne

Triste
le jeune parasol
esseulé et fermé

*


lundi 15 mai 2017

dimanche 22 janvier 2017

mercredi 18 janvier 2017

Ange

L'homme qui conversait ivre la dernière fois , avec une porte, las bas dans le fond , me fit signe que j'avais échappé quelque chose de ma poche, avant de partir. Je me dis " un ange est passé sur mon chemin ".

mardi 17 janvier 2017

Nature morte

Au fond de l'impasse, une bibliothèque ?
Non, une simple porte de chêne. Derrière un escalier aveugle aux contremarches usées. A l'étage, une autre entrée.  L'étroit corridor que dessert  cette porte est finement prolongé par un gigantesque miroir qui reflète la lampe du plafonnier .  Ici,  règne un silence où se mélangent les bruits de craquements et de voix sans capacité de discerner les mots. Le paravent en rotin revêtu d'un tissu provençal juste  apposé là est d'une laideur exquise mais il se marrie tellement bien avec l'amphore et son bouquet artificiel. Qui est là ?

lundi 16 janvier 2017

Voyage

Murmure de la foule où les mains se distinguent sur les barres métalliques  de l'auto-bus.
Silencieuses ou bavardes, que font ces dames au regard  hagard ? Et si je pense que dans leur vie , elles sont elles même aimées de quelqu'un ,en attente ou délaissées, voir blessées . Rien n'est visible dans les yeux de ces anonymes voyageuses.
Soudain, mon tour de descendre me remit les pieds sur terre et je me dis :
" A quoi bon s'interroger ? De quoi je me mêle ? De quoi avais- je l'air en fixant  des yeux  ces  jeunes passagères ? "

Rêve

Tu es comme une caresse de vent qui passe furtivement à fleur de peau. Parce que où que tu soies il n'y a personne que tu connaisses comme ces gens qui savent tout des autres et de soi. Tu surgies la nuit dans un rêve impalpable. Et tu reviens le lendemain, arme secrète du désir humain.


samedi 7 janvier 2017

Bonne année

Avec tout le bonheur que je vous souhaite en prenant soin de vous et de vos proches. Comme ce  macaron de Ladurée qui est là pour illustrer les  délicieux moments de la vie qui souvent tiennent à peu de choses . Je vous remercie pour vos voeux et je souhaite à chacun une bonne et douce année.
Yann