dimanche 1 juin 2014


 Entendre  les bruits du matin  en ville
Des talons des passantes
au bourdon de l'église     

Le frottement des chaises aux  terrasses des cafés
Et le  vent engouffré dans mon  journal froissé
Sur la table, fume encore un mégot  écrasé .
 Mon café refroidit faisant les mots fléchés .

.
Alors j'observe et soudain j'entendis
murmurer à l'oreille, le carillon de la boulangerie
Juste là , à  la porte  à peine entre baillée
un  beau sourire surgit d'un client satisfait,

Et celui là , traversant  d'un air si pressé
fait signe aux voitures
qu'il ne peut s'arrêter
   
Tandis que là-bas, claque une portière 
Non, ce n'est pas gênant mais c'est pas la dernière
c'est bien le quotidien du réveil de la ville
comme la vie qui revient
chaque jour  à son fil
*


5 commentaires:

  1. comme tous les matins du monde
    les bruits de la vie fracassent la nuit qui s'égare ...

    RépondreSupprimer

  2. Les mêmes bruits renaissent chaque matin...

    RépondreSupprimer
  3. Un café devant moi
    je regarde amusé
    les autres courir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu savais ce que j'éprouve en regardant les Grands sportifs du dimanche... ;-)

      Supprimer
  4. près des vénérables colonnes
    de drôles d'arbres ont poussé
    avec les bras chargés de lumière
    mon enfance encore erre en ce lieu
    habité toujours du souvenir de ma mère

    Bise yann

    RépondreSupprimer