jeudi 30 novembre 2017

mardi 28 novembre 2017

Vieil homme

Oublié,

Ce vieil homme,
au dos courbé,
qui parle seul,
en marchant . 

Où va t-il ?
ce vieil homme,
au crâne dégarni 
et à lunettes.

Autre fois ,
ce vieil homme était disquaire ,
dans sa boutique .


samedi 11 novembre 2017

Et si

Je commençais à me sentir mal .
Mes mains devenaient baveuses et visqueuses, tel un escargot .
La couleur de ma peau mutait vers le marron moucheté comme une feuille morte d'automne .
Comme une poupée de chiffon, mon corps devint mou et je m'affalais par terre, perdant ainsi tous mes vêtements . Ma peau devint glaciale et suintante comme un serpent immonde. Mon visage disparaissait laissant place à deux sortes d' antennes dressées au dessus de ma tête . Je perdis tous mes membres et je me retrouvais comme immobile , obligée de ramper .
Je devint répugnante , métamorphosée en limace .  
                                                                                  Noémie Royer 
                                                                                      (11 ans)

* Petite précision pour expliquer le contenu de ce texte :
Il s'agit d'une évaluation de français  demandée aux élèves de 6 ème
consistant à composer une  histoire en quelques lignes , selon la forme 
imposée d'un récit de Roald  Dahl . 

lundi 16 octobre 2017

rouge

 Posé sur le gris
Comme ayant fait exprès 
- ce drap rouge
*
Faisant grise mine
  se revêt  de rouge
  ce lampadaire 
 *




mardi 4 juillet 2017

dimanche 2 juillet 2017

Tour de vélo

Ce dimanche je fis 4 tours du lac
Au premier km mes jambes ne semblaient pas vouloir démarrer .
Au 4ème je traversa le premier pont .
Au 6ème le deuxième
J'avançais petit à petit et je croisais beaucoup de cyclistes  et des piétons âgés .
J'aperçus  plusieurs vélos apposés contre un banc . Ici même . Mais où étaient ils ?
Au 15 ème km, j'ai eu pitié du pêcheur qui portait avec peine son matériel sur son dos courbé .
Au 25ème  je ris devant le jogger qui faillit trébucher à cause d'une oie .
Nombreux sont les palmipèdes qui attendent les enfants qui leur jettent du pain .
Tous, étaient comme moi, les oreilles prises par des écouteurs .
Sauf ce brave homme qui avançait à son rythme en fauteuil avec son chien .
Au 30 ème km je m'assis et j'observais deux jeunes hommes  noirs qui bougeaient leur corps  avec élasticité .
Je me dis . Pourquoi n'ai je pas cette souplesse ?
Un nuage s'empara du ciel et quelques gouttes de pluie rendaient à ce décors sauvage une certaine mélancolie .
Photo : Le berry Républicain



jeudi 29 juin 2017

Faisant grise mine
le ciel de juin
revêt l'automne

Triste
le jeune parasol
esseulé et fermé

*


lundi 15 mai 2017

dimanche 22 janvier 2017

mercredi 18 janvier 2017

Ange

L'homme qui conversait ivre la dernière fois , avec une porte, las bas dans le fond , me fit signe que j'avais échappé quelque chose de ma poche, avant de partir. Je me dis " un ange est passé sur mon chemin ".

mardi 17 janvier 2017

Nature morte

Au fond de l'impasse, une bibliothèque ?
Non, une simple porte de chêne. Derrière un escalier aveugle aux contremarches usées. A l'étage, une autre entrée.  L'étroit corridor que dessert  cette porte est finement prolongé par un gigantesque miroir qui reflète la lampe du plafonnier .  Ici,  règne un silence où se mélangent les bruits de craquements et de voix sans capacité de discerner les mots. Le paravent en rotin revêtu d'un tissu provençal juste  apposé là est d'une laideur exquise mais il se marrie tellement bien avec l'amphore et son bouquet artificiel. Qui est là ?

lundi 16 janvier 2017

Voyage

Murmure de la foule où les mains se distinguent sur les barres métalliques  de l'auto-bus.
Silencieuses ou bavardes, que font ces dames au regard  hagard ? Et si je pense que dans leur vie , elles sont elles même aimées de quelqu'un ,en attente ou délaissées, voir blessées . Rien n'est visible dans les yeux de ces anonymes voyageuses.
Soudain, mon tour de descendre me remit les pieds sur terre et je me dis :
" A quoi bon s'interroger ? De quoi je me mêle ? De quoi avais- je l'air en fixant  des yeux  ces  jeunes passagères ? "

samedi 7 janvier 2017

Bonne année

Avec tout le bonheur que je vous souhaite en prenant soin de vous et de vos proches. Comme ce  macaron de Ladurée qui est là pour illustrer les  délicieux moments de la vie qui souvent tiennent à peu de choses . Je vous remercie pour vos voeux et je souhaite à chacun une bonne et douce année.
Yann

dimanche 23 octobre 2016

                                                 En chassant les démons qui bataillaient en moi
                                                                             je pris patience
                                                  et posa un regard bien veillant sur ma collègue
                                                                                      *
                                                             

dimanche 1 mai 2016

En échange d'une seule phrase,
il m'était dit un matin ceci .

La femme de ménage n'ayant pas de culture, sujette aux médias et aux on dit 
n'a pas eu la chance  de poursuivre ses études , 
Peut être mais...
Qu'est ce qui l'empêche de mettre son fils en médecine ? 
Si tel est son souhait .
 ***
Sous ma capuche j'observais le monde du petit matin

Mais pourquoi ce couple d'ami
s'en allant au C.A.T
attendent ils des heures à l'aube
le bus de huit heures ?
_

Mais pourquoi ce père de famille
vivant en H.L.M  avec sa fille
laisse t-il pousser ses cheveux
en éternel étudiant ?
 -
Mais pourquoi ce jardinier
imperméable à tout climats
remplace t-il le mot "Bonjour"
par  le mot"Tranquille" ?
-
Mais pourquoi ce jeune technicien
vit il au ralenti , immobile à l 'arrêt
sans le moindre mouvement
comme s'il se consumait ?
_


Sur le Chemin de Jacques
je passe après toi
et avant les autres
à vélo



  
De ce Chemin de Silence
je t'embrasse
Frère pèlerin  inconnu

***

mardi 26 avril 2016

Il était un bar
un café de quartier
Porte vitrée
Comptoir boisé
Le patron âgé
La patronne usée
Discussions brèves
en fin de journée
à l'ombre d'une maquette
de vieux chalutier.
Toilettes à la turc
et vieux habitués
Dans un an , peut être,
il sera fermé.



Panneau de pub
une femme sourit
aux visages blêmes
 *
Parti depuis longtemps
   des mots au pluriel
me reviennent
*

lundi 4 janvier 2016

mercredi 9 décembre 2015

jeudi 5 novembre 2015

samedi 24 octobre 2015

Scène de vie

Voici 4 scénettes qui se sont déroulées aujourd'hui :

L'histoire se déroule dans un salon de coiffure pour homme .
Un salon classique à un seul fauteuil  et quatre chaises pour attendre .
En 1/2 heure,  quatre individus sont rentrés dans l'espace exiguë de la pièce vitrée  .


  • Le premier, un africain  parlant avec les mains: 

        "Tu sais, toi où se trouve la boite jaune pour envoyer des lettres?"
          Le coiffeur répondit " Une boite aux lettres ? Au coin de la rue .
          L'homme  " Mais ça part aujourd'hui.. La levée est faite ?
          Le coiffeur " oui tôt ce matin"
          L'homme " A la poste, c'est 11 heures"
          Le coiffeur " Peut être "
          L'homme " Je devrais y aller "
          Le coiffeur " Vas y ! "
          L'homme " J'y vais !

  • Le deuxième, un homme  ridé de petite taille . Cheveux gris, longs . Mal coiffé mais poli.

        " Vous prenez sur rendez vous" ?
        Le coiffeur : " avec ou sans . Voici ma carte"
        L'homme  : "Je vous rappellerais"
        Le coiffeur : "Je peux vous prendre après ."
        L'homme :   " Je vais vous rappeler, Je ne peux pas "
        Le coiffeur " Comme vous voulez "

  • Le troisième,  pour les Pages Jaunes .

      " Bonjour, c'est les pages jaunes ; Si vous voulez paraître l'année prochaine, signez là "
Il partit en tendant le mince annuaire.

  • Le quatrième, un étudiant . Cheveux frisés longs . Sac de voyage .

  Il rentre en faisant passer son sac en premier, gêné par la porte étroite .
  Il se tenait là,  immobile devant le coiffeur , bouche fermée .
        Le coiffeur : " Donc ?"
        L'étudiant:  " C'est pour un rendez vous "
        Le coiffeur: " soit ce matin, soit cet après midi .."
        L'étudiant  :" Ce matin c'est tendu ! "
        Le coiffeur: " Cet après m..? mais ce serait mieux ce matin ! "
        L'étudiant : " C'est compliqué "
        Le coiffeur : "Pourquoi donc ?
        L'étudiant : " Je suis pris  . Mais cet après m., c'est mieux . "
        Le coiffeur : " 14 heures"
        L'étudiant : "OK"
     Il sortit faisant passer à nouveau son sac en premier.

" Ce qui me plait dans mon métier c'est cette diversité ", me dit le coiffeur .



     
       

lundi 12 octobre 2015

mercredi 9 septembre 2015

Nuit sereine
Sous les étoiles
Le linge blanc

Vieille dame
Attendrie en canne
parle au chat.

Immobile sur le toit
Le chat noir
Se confond

Au vieux mur
Un chat gris
Monte la garde